Qui suis-je ?

Quelqu’un de passionnée en quête de voyages entre la Vie et la « Mort » & entre les mondes intérieur et extérieur afin d’en saisir les mystères


Aussi loin que je me souvienne, j’ai été attirée par le monde des « Morts »
Les cimetières et les couleurs sombres
J’ai vécu de nombreux accidents de voiture, de moto, de bus… un coma, aveugle et bien plus.
Je souhaitais vivre des NDE (Expérience de mort imminente)
Prendre des drogues douces et dures car elles me permettaient de ne plus être en contact avec ce corps que je trouvais encombrant
La méditation Tibétaine car elle proposait une méditation qui simulait la mort du corps
Remplir mon premier testament à 19 ans au cas où il m’arriverait quelque chose en voyage…

Et le monde des voyages
Dès mon plus jeune âge j’ai vécu entre la France, l’Autriche et aussi la Belgique…
A 12 ans j’ai demandé à être immergée dans des familles à l’étranger pour apprendre des langues, découvrir d’autres modes de fonctionnement, cultures et traditions pendant les vacances scolaires.
Dès l’obtention de mon baccalauréat, je suis partie 10 ans ivre de découvrir ce qu’il y avait au-delà des frontières de mon monde, notamment en Inde où j’ai vécu 2 ans et le Maroc où j’ai passé 5 ans.

A partir de mes 25 ans, j’ai entrevu ce monde intérieur qui m’ouvrait à d’autres possibles, notamment la compréhension des mystères de la Vie et de l’Univers dans lequel nous évoluions. J’ai alors cherché à comprendre, lu, passé beaucoup de temps dans des centres de méditation en Inde, Thaïlande, Guatemala, France, Espagne, Portugal. Chaque compréhension m’amenait à plus de curiosités. Je n’ai eu de cesse depuis, de suivre les enseignements d’être « éveillés », de m’inscrire à des retraites, des cours en ligne, des formations afin d’intégrer mes découvertes à mon quotidien.

Un évènement particulier résume mon chemin de Vie et ma quête jusqu’à maintenant.

A 20 ans, alors que j’étais dans le désert Australien en train de conduire mon Van j’ai eu un accident qui m’a fait faire plusieurs tonneaux (sans ceinture de sécurité) et dont je suis sortie miraculeusement totalement indemne.

Pendant que l’accident était en train de se produire je ne voyais, ne touchais, ni n’entendais plus rien. J’étais comme une boule de coton hors de l’espace et du temps, il y avait seulement cette phrase qui résonnait…

Je me moque de savoir si je suis vivante ou si je suis morte, ce que je veux c’est savoir.

Ces mots m’ont accompagnés tout au long de ma Vie revenant régulièrement. Ce n’est qu’assez récemment que j’en ai compris tout le sens, la profondeur et la justesse.

Selon moi, la mort n’existe pas, elle est un concept, un conditionnement, une croyance. Nous sommes morts lorsque nous stagnons, tournons en rond, ruminons les mêmes histoires…

Sinon il y a la Vie et uniquement la Vie et dans son immense générosité, elle nous permet de connaître « la mort » pour nous rappeler de nous occuper de nous, de nous écouter et de faire comme un parent le ferait avec son enfant de nous dorloter, nous donner du temps et de l’attention afin d’accueillir nos blessures et nos douleurs sans jugement.

Il y a en chacun de nous un centre du bonheur – notre joyau intérieur – où brillent la douceur, la joie simple et le choix d’être tout ce que nous voulons être mais par des siècles de conditionnement toute notre beauté a été embourbée sous des tonnes de boue.

Le lotus comme symbole de l’association En7-1stant, car

  • Il prend naissance dans la boue tout en gardant sa couleur intacte lorsqu’il sort
  • Il s’ouvre au lever du soleil et se referme au coucher
  • Il peut survivre des milliers d’années et même renaître après une longue période de dormance
  • Au moment de la floraison les fleurs de lotus sont capables de maintenir une température de 30° même si la température extérieure excède pas 10°
  • La fleur incarne le principe féminin passif – le réceptacle – recevant l’influence du principe masculin actif. De l’union de ces 2 principes naissent la manifestation de l’être et de toutes ses possibilités de réalisation

Alexandra